Right Color, 2018

Projet lauréat du Prix Dior de la Photographie pour Jeunes Talents pour l'ENSP - Exposition à la Grande Hall du Parc des Ateliers - Rencontres Arles 2018.

Développé dans le cadre de la Résidence 1+2 Factory à partir des collections de la Cinémathèque de Toulouse.

 

« Il faut encore prêter la plus scrupuleuse attention aux couleurs. La caméra ne les aime pas toutes. Elle tue certaines d’entre elles pour en exalter dangereusement certaines d’autres. Nous devons donc tout regarder à travers un verre bleu qui nous permet d’écarter ce qui ne convient pas au studio. » conseille une article du magazine Cinémonde de mai 1924

La technologie de l’image des années 1920 -1950 était pourvue d’un spectre colorimétrique monochrome et peu nuancé. Pour mettre en évidence les contrastes et l’expressivité des visages, le maquillage était accentué jusqu’au grotesque. Bleu roi sur paupières et lèvres, pointe de jaune souffre sur le nez, pommettes poudrées de vert, Max Factor est célèbre pour l’invention d’un maquillage facial adapté à la technologie de l’époque et capable de faire ressortir les traits sur écrans. En collectant les articles traitant du maquillage pour la télévision et le cinéma dans les revues Cinémonde des années 1920-1940, j’ai ramené à la surface les maquillages invisibles aux écrans de l’époque. Les portraits que nous observons semblent ainsi clownesques et dérangeants, et nous interrogent sur les ressorts de construction de l’imagerie de la beauté.